C.N.I.S.F. : 202, Avenue du Maine ( pavillon 4 ) 75014 - PARIS

Accueil > Instituts séculiers/groupes associés > Jésus Ouvrier > 4 mai 2008 : Partage d’un grand évènement au Maroc

4 mai 2008 : Partage d’un grand évènement au Maroc

Dans notre Institut nous venons de vivre un grand événement qui nous comble de bonheur !

Il s’agit de la relecture de la vie d’Elisabeth LAFOURCADE, qui s’est engagée dans notre groupe « Jésus Ouvrier » en 1929.
L’institut était pour elle « le point d’appui dont elle avait besoin pour mener à bien son désir d’adolescente : ni le mariage, ni la vie religieuse ; mais le service de Dieu dans les plus pauvres. » Avant de s’y engager par les vœux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance, elle pose cette question : « pourrais-je partir en Afrique et porter aux populations musulmanes le témoignage évangélique de ma vie donnée au Christ ». C’est à travers sa vie professionnelle de chirurgien : au Maroc qu’elle donnera ce témoignage.

A son décès, la fondatrice de notre Institut a réalisé le livre « Elisabeth LAFOURCADE médecin au Tafilalet ». On y retrouve la densité et la profondeur de toute sa vie. Ce livre a été lu par les moines cisterciens qui ont dû quitter Tibhirine, suite aux événements, et qui sont maintenant au monastère Notre Dame de l’Atlas à Midelt au Maroc. Le Père Flachaire, Prieur, nous a contactées ; passionné par la vie d’Elisabeth, il nous a entraînées dans sa passion...
A partir de là, se déclenche un foisonnement de recherches : ici, au Maroc, dans la famille d’Elisabeth, à la faculté de médecine de Montpellier où elle a fait ses études ...

Elle a travaillé d’abord à Tunis, puis à Meknès, Fès et finalement Ksar es Souk devenu Er Rachidia, région saharienne du Maroc.
" Elisabeth a su se faire marocaine avec les marocains, berbère avec les berbères ; elle était là comme témoin du Christ. »

Elle est décédée d’un cancer le 7 janvier 1958, elle avait 55 ans.

A ses obsèques à Er Rachidia, c’est une marée humaine qui est là, silencieuse, le spectacle est impressionnant ; certains ont fait 200 km à pied ... Tel fût l’hommage que les marocains rendirent à Elisabeth qui, quand elle vivait, écrivait :
« Annoncer l’évangile non en le prêchant, mais en le vivant ».
Sa vie donnée a été le témoignage de la vie du Christ au quotidien. Sur sa pierre tombale les musulmans ont inscrit : « souvenez-vous que c’était une sainte. »

Le pèlerinage, que nous avons fait pour fêter le cinquantenaire de sa mort au Maroc a été préparé et vécu avec l’Eglise du Maroc. Des membres de la famille d’Elisabeth Lafourcade étaient là, ainsi que des amis.
Nous avons réalisé à cette occasion une exposition qui est maintenant installée au monastère de Midelt, avec un livre d’or.
Un diaporama qui permet de rendre compte de la vie d’Elisabeth est aussi à disposition.

Un colloque a eu lieu le jour de la fête du cinquantenaire, où des témoins musulmans et chrétiens se sont exprimés pour témoigner de sa vie. Parmi eux, laissons parler Mr Mansouri :

" Je suis heureux de me trouver en ce jour béni parmi ceux et celles qui veulent faire mémoire et célébrer l’œuvre d’Elisabeth Lafourcade.
Tous ceux de ma génération qui lui doivent probablement la vie sont émus à l’évocation de cette immense personne. Mon pays lui doit beaucoup. Elle fut pour nous l’incarnation du bien, de l’altruisme, de l’abnégation et de la conscience professionnelle.
Ses obsèques furent un moment dense de fraternisation inter religieuse : juifs, chrétiens, et musulmans étaient unis dans la douleur de celle qui a donné sa vie à Dieu et à Ses créatures qui souffrent.
Que Dieu nous guide en vue de perpétuer comme il sied son message d’amour, de piété et de dévouement."

La soir de la fête, nous nous sommes retrouvés ensuite pour un temps de recueillement au cimetière. Nous avons partagé dans le respect de nos différentes religions un temps de prière.
Une journée mémoire en forme de MAGNIFICAT !

Articles de cette rubrique



| Plan du site | Se connecter |